Humidité des murs : comment agir ?

Publié le: 27 Fév 2017 par Julie

Lorsque l’humidité attaque les murs, il est urgent d’intervenir. Car, si elle n’est pas immédiatement traitée, elle peut provoquer d’importants dégâts : taches, remontées capillaires, moisissures, effritement du mur… Il existe des solutions efficaces pour combattre ce mal, alors n’attendez pas, agissez dès les premiers signes.

humidite moisissure

L’humidité peut être responsable de l’apparition de moisissures sur les murs.

La lutte contre l’humidité, un combat quotidien

Prendre une douche, cuisiner, laver les sols ou tout simplement respirer génère de l’humidité dans la maison. Des gestes simples au quotidien permettent de maintenir un taux d’humidité idéal.

Aérez votre logement

Ouvrir la fenêtre renouvelle rapidement l’air ambiant. L’humidité est évacuée, sans le moindre effort, à l’extérieur. Les microbes et les bactéries sont, par la même occasion, chassés. Durant l’hiver, pas question, d’arrêter d’aérer ! L’air est plus sec à l’extérieur qu’à l’intérieur. Vous n’avez pas besoin de laisser ouvert la fenêtre toute la journée. 10 minutes suffisent amplement.

Évitez de faire sécher votre linge à l’intérieur

Les journées pluvieuses, les différentes lessives sèchent au salon ou dans une chambre à coucher. L’humidité présente dans le linge s’évapore et stagne dans la pièce. Le mieux est d’étendre vos vêtements dans la cave ou dans une pièce aérée et consacrée à cette besogne comme la buanderie.

Positionnez au bon endroit votre radiateur

Le radiateur se positionne, généralement, sous la fenêtre et ce n’est pas un hasard. Les murs extérieurs sont plus froids que les autres, car ils sont exposés aux aléas climatiques. Le rayonnement de l’appareil chauffant stoppe l’effet de paroi froide et évite l’apparition de condensation. Attention, toutefois, l’isolation thermique de votre habitation doit être irréprochable. Sinon la chaleur s’échappe dehors.

Évitez les systèmes de chauffage sans évacuation

Un chauffage d’appoint s’avère bien utile durant l’intersaison ou si votre système de chauffage n’est pas assez performant. Mais, certains modèles sans évacuation dont le chauffage à l’éthanol ou le poêle à pétrole apportent de l’humidité. Il est donc préférable de se tourner vers une valeur sûre : le radiateur électrique mobile. Grâce à la technologie à inertie, l’appareil préserve la qualité de l’air et améliore votre confort thermique.

A noter, tous les radiateurs électriques ne se valent pas. Le convecteur, par exemple, assèche l’air ce qui n’est pas forcément une bonne chose.

Entretenez votre habitation

Une maison, au fil des années, se dégrade. Un mur fissuré, une tuile déplacée, l’isolant des combles vétuste, des fenêtres simple vitrage, etc. Des travaux de rénovation s’imposent de temps en temps afin de conserver l’étanchéité de votre habitat. Ce check-up complet se prolonge dans les pièces de vie. Les joints du lavabo et de la douche notamment se changent ; les bouches d’aération se dépoussièrent ; les grilles de la hotte se nettoient, etc.

Misez sur un déshumidificateur d’air, un absorbeur ou une VMC

Les pièces d’eau (salle de bains et cuisine) sont des espaces très sensibles. Un déshumidificateur ou un absorbeur permet de réguler l’humidité de manière localisée. Le nec plus ultra reste sans conteste l’installation d’une VMC. Elle agit tout au long de la journée dans l’ensemble de la maison. La ventilation mécanique contrôlée simple ou double flux expulse vers l’extérieur l’air vicié et le remplace par de l’air frais et pur.

Trop tard, l’humidité est déjà bien installée

L’ensemble de ces astuces n’a pas fonctionné. La moisissure, le salpêtre et d’autres champignons continuent de proliférer au niveau des joints, sur les murs et au plafond. Poser une tapisserie imperméable, peindre les murs avec une peinture hydrofuge ou fixer des lambris ne constituent pas une solution. Ces cache-misère peuvent, au contraire, empirer la situation. Pour se débarrasser de ce fléau, il est primordial de soigner le problème à la source. Seul un professionnel sera en mesure d’agir efficacement, car il dresse un bilan complet de votre habitation afin de trouver le traitement adéquat.

L’assèchement électronique des murs

En cas d’infiltration d’eau ou de remontées capillaires, le spécialiste de l’humidité peut recourir au service de la centrale électronique. Ce procédé se base sur le phénomène de l’électro-osmose. Il utilise la force du courant pour repousser l’eau du mur. Grâce à des électrodes placées dans l’épaisseur de la paroi, des impulsions électriques sont diffusées vers le sol. Cela permet d’inverser la polarité des champs magnétiques.

L’injection de résine

L’injection de résine permet d’endiguer les remontées capillaires (l’eau du sol remonte dans les murs). Une résine liquide ou du silicone est injecté dans le bas de la paroi afin de créer une barrière étanche. Cette technique, très efficace, permet d’agir en profondeur. Seul inconvénient, le mur doit sécher 6 à 8 mois avant le démarrage des travaux.

La membrane d’étanchéité

Une membrane d’étanchéité s’installe, à l’extérieur de la maison, le long des murs enterrés. Il existe deux types de membrane : en bitume et caoutchouc et en polyéthylène haute densité. Ce rempart anti-humidité vient à bout des remontées capillaires, des infiltrations et des problèmes de salpêtres.

L’hydrofuge de surface

L’hydrofuge de surface permet, au même titre que les enduits et peintures anti-humidité, de traiter de manière superficielle les infiltrations d’eau. Ce traitement de surface s’applique au rouleau, à la brosse ou par pulvérisation sur des murs propres. Il convient de poser plusieurs couches jusqu’à saturation de la surface. La paroi étant poreuse, elle va absorber une partie des agents hydrofuges.

Le drainage

Le drainage consiste à disposer un siphon atmosphérique à la base du mur côté extérieur afin de résorber l’humidité. Ce procédé permet de supprimer les problèmes de remontées capillaires, de pression hydrostatique et d’infiltrations.